Mai 2017
Le Moniteur

N°5924 du 2 juin 2017, par Claude Thomas
Article consacré au chantier de Thonon-les-Bains : « Un ancien couvent se mue en pôle culturel ».

Janvier 2017
Annuel 2016 AMC

Annuel AMC, « Architecture en France 2016 » : le collège Armande Béjart de Meudon-la-Forêt compte parmi les 100 bâtiments de l’année dans la catégorie Réhabilitation.
Dans la rubrique « Rétrospective » sont aussi présentés les architectes du Grand Paris Express, mentionnant notamment l’atelier Novembre pour les gares de la ligne 17 et de la ligne 18 aérienne.

Novembre 2016
« Les meilleurs architectes pour construire le patrimoine métropolitain du 21è siècle »

La Société du Grand Paris vient de finaliser la désignation des agences d’architecture qui concevront l’ensemble des gares et centres techniques du Grand Paris Express. Avec 37 équipes d’architectes nationaux et internationaux impliquées simultanément, la Société du Grand Paris concrétise une démarche architecturale inédite.
Si les 68 gares font chacune l’objet d’une approche spécifique, 9 d’entre elles ont été désignées comme «emblématiques» en raison de l’importance de leur fréquentation et de leur rôle clé dans le développement des territoires qu’elles vont desservir.
C’est le cas de la ligne 18 Aérienne, dont la conception a été attribuée au groupement d’architectes composé de l’atelier Novembre et Benthem Crouwel pour la conception des gares, et d’Explorations Architecture pour la conception du Viaduc.

Lire le communiqué de presse de la SGP

Juin 2015
Revue Monumental, consacré au patrimoine industriel

Article « La reconversion du patrimoine industriel : entretiens avec les architectes Philippe Prost, Marc Iseppi et Jacques Pajot », revue Monumental, Semestriel 1.

« Si la reconversion du patrimoine industriel ne constitue sans doute pas en soi une catégorie exclusive, plusieurs agences françaises d’architectes ont, ces dernières années, associé leur nom au travail entrepris autour de ce sujet. Dans le cadre de ce numéro thématique, la revue Monumental souhaitait interroger quelques-uns de ces praticiens ; parmi ceux-ci, Philippe Prost, Marc Iseppi et Jacques Pajot ont accepté de répondre à différentes questions comme les raisons de leur implication dans ce domaine, ses spécificités et les contraintes qu’il suscitait, etc. […] »

Décembre 2014
Le Courrier de l’Architecte, à propos du conservatoire d’Orsay

Article de Liliana Albertazzi consacré à l’exposition Paris Saclay à la Maison de l’Architecture – où est notamment présenté le conservatoire à rayonnement départemental d’Orsay.

Opinion | Saclay : l’improbable

Le plateau de Saclay fait l’objet d’un vaste projet urbain, architectural et paysagé des plus opaques. Une exposition à la Maison de l’Architecture d’Ile-de-France tente, depuis le 28 novembre et jusqu’au 20 décembre 2014, d’apporter un éclairage sur l’opération. Liliana Albertazzi, professeur d’esthétique, dénonce un «cluster», parent riche et mondain du zoning, digne du «meilleur des mondes».
Du faux consensus et de l’improbable harmonie du savoir, du bien vivre, de l’humain, de l’innovation et de la richesse pour tous
Le plateau de Saclay s’expose à la Maison de l’Architecture d’Ile-de-France, rendant compte d’une belle gageure : 1,7 million de mètres carrés à construire et une occasion de se hisser au rang des Dieux pour «faire la vie». Une fresque parsemée de noms célèbres à l’entrée de l’exposition, spécialement conçue pour le grand public, donne une vision oecuménique de la proposition et noie savamment le morcellement d’intentions. Les conférences et un paquet de petits journaux donnent différents points de vue et effacent la complexité du projet urbain et éducatif. Quelques noms de prestige répétés tout au long des dossiers de presse – Piano, Koolhaas, Grafton, Soler – faisaient de l’ombre à tous les autres – Atelier Novembre, Air Architecture, Jean Guervilly, Barthelemy Grino… -, pourtant bien méritoires.
[…] Encore heureux que l’Atelier Novembre, sobrement mais sûrement, nous gratifie d’un Conservatoire qui casse la monotonie par l’articulation de volumes et de coursives pour aérer les circulations ainsi que l’inscription dans le site. Leur parti pris discret et opportun ne s’encombre pas du commentaire ravageur d’OMA à propos du «paroxysme» de la diagonale d’une rue intérieure dans son projet pour l’Ecole Centrale. Apparemment, celle-ci met l’accent sur l’«exacerbation» du schéma orthonormé et monolithique du campus Moulon qu’ils ont toutefois accepté.

Lire l’article du Courrier de l’Architecte

Février 2010
Parcours D’A, consacré à l’atelier Novembre

D’Architectures n°188, article « L’art de l’horloger », par Olivier Namias

Novembre 1989 : l’Opéra-Bastille est inauguré depuis quatre mois. À Berlin, le Mur tombe sous les coups de marteau des foules enthousiastes, tandis que Gorbatchev, reçu au Vatican, invite en retour le Pape à Moscou. Mais plus important encore, Jacques Pajot et Marc Iseppi fondent leur agence d’architecture en ce onzième mois de l’année, qui donne son nom de baptême au nouvel atelier. Ils n’ont aucun projet en poche, mais l’époque est à l’enthousiasme : il faut « se lancer », maintenant ou jamais. […]