Architecture
Atelier Novembre
21 rue du Faubourg Saint-Antoine
75 011 Paris
T. +33 (0)1 44 73 02 20
F. +33 (0)1 44 73 02 50

Maître d'ouvrage

Ville d’Autun

Maître d'œuvre

Atelier Novembre (Architecte mandataire), Maël de Quelen (ACMH), Studio Adrien Gardère (Muséographe & Scénographe)

Bureaux d'études

ACL (Conception Lumière), On Situ (Audiovisuel & Multimédia), CL Design (Graphisme), Art Partenaire (Conservation préventive), CET Ingénierie (Fluides, Anti-effraction & anti-vol, Défense contre l’incendie, CSSI, OPC et Economie de la construction), Synapse (Fondations & Structure), Jean-Paul Lamoureux (Acoustique)

Programme

Rénovation et extension du musée Rolin par la restructuration des bâtiments jouxtant le musée actuel (ancienne prison, ancien Palais de Justice) et la construction d'ailes neuves permettant de relier l’ensemble en un « campus muséal » ; augmentation des surfaces d’exposition permanente et temporaires, ainsi que des espaces dédiés aux régies des collections et de réserves ; définition d’une nouvelle identité du musée Rolin ; conception d’un nouveau parcours muséographique ; requalification des espaces extérieurs

Surface

5 050 m² SHO

Coût

19 M€ HT (4 tranches de travaux)

Avancement

Phase APS

Musée Rolin
Rénovation et extension du musée, classé MH
Autun (71)

Le musée Rolin est ancré dans l’histoire même de la ville d’Autun. L’opportunité de disposer des locaux de l’ancien Palais de Justice et de la tour panoptique de l’ancienne prison permet à la Ville d’envisager une nouvelle étape pour le Musée, avec l’ambition d’en faire un phare culturel pour son territoire et un « campus muséal » ouvert à tous les publics.
Le parti architectural et urbain s’est cristallisé autour de l’idée qu’il fallait qualifier le vide entre les bâtiments présents sur le site pour en révéler la nature, en comprendre le sens, et ne surtout pas essayer d’en combler l’espace, de manière à ne pas ajouter de la confusion à l’ensemble.
Ainsi notre projet architectural repose sur une scénographie des vides entre les différentes entités existantes. Cette recomposition s’exprime à travers l’aménagement d’une promenade autour de la prison, qui permet à la fois de créer une continuité avec l’espace urbain et d’offrir de nouvelles perspectives sur le patrimoine et le paysage environnants.
Le fait de singulariser les bâtiments existants redéfinit subtilement le site et lui confère cette nouvelle identité attendue de « campus muséal ». Tel un ensemble de pavillons, les différentes entités sont alors fédérées par la création d’un socle unificateur en sous œuvre qui profite de la déclivité du terrain. Cette extension à rez-de-jardin permet le développement d’espaces d’expositions permanentes et l’aménagement des liaisons nécessaires au fonctionnement du musée. Cette composition est épanouie par la fluidité des parcours muséographiques, dont la nouvelle distribution permet le redéploiement des collections en tenant compte de leur nature et de leur condition de conservation.
Très respectueuse de la mémoire du site, cette intervention invite dès lors à la création d’un signal architectural par la surélévation de la prison, belvédère de la ville d’Autun. Le projet tente ainsi de répondre à l’ambition de faire de ce nouvel ensemble muséal le cœur battant de la ville : un musée ouvert, qui prolonge l’espace public et rayonne sur la cité.

Haut de page