Architecture
Atelier Novembre
21 rue du Faubourg Saint-Antoine
75 011 Paris
T. +33 (0)1 44 73 02 20
F. +33 (0)1 44 73 02 50

Maître d'ouvrage

Communauté Urbaine Creusot-Montceau (Mandataire : SPLAAD)

Maître d'œuvre

Atelier Novembre (Architecte mandataire)

Bureaux d'études

Agence Christophe Gautrand & associés (Paysagiste), CET Ingenierie (BET TCE+économie), Seria (VRD), Altia (Acousticien), Ergo Conseil (Ergonomie)

Programme

Réhabilitation et extension d’un bâtiment existant destiné à recevoir des start-up et des plates-formes techniques numériques de type Fab Lab et 3D, avec un incubateur sous forme d’espaces de co-working, une pépinière d’entreprises et un hôtel d’entreprise, des salles de cours, un amphithéâtre multifonction

Surface

3 300 m² SU

Coût

7 M€ HT

Avancement

Etudes en cours

Site technopolitain
Réhabilitation-extension
Le Creusot (71)

Prenant en compte la singularité et la complexité du site, le projet se devait de générer une architecture maîtrisée et de contribuer à réorganiser le quartier de centre-ville dans lequel il s’inscrit avec cohérence et sensibilité.

Le statut de l’équipement doit ainsi être clairement exprimé et signifié à travers une image contemporaine et dynamique, tout en s’insérant harmonieusement dans son contexte. L’inscription de l’extension et son interrelation avec le bâtiment à caractère patrimonial de l’ancien lycée constituent en effet des enjeux identifiés du programme, pour la conception d’une « vitrine de l’innovation » de la Communauté Urbaine Creusot-Montceau.

Au sein de ce quartier, le site technopolitain est voué à constituer un repère, un équipement majeur et accueillant. Il jouit d’une position privilégiée et d’un accès central permettant le développement d’écosystèmes d’innovation.

Le projet s’appuie sur les éléments remarquables du site dont l’ancien lycée de 1911 et le grand paysage. Il développe un grand parvis au Sud tourné vers la ville, que souligne l’apparence monumentale du bâtiment existant, tandis que le volume de l’extension s’ouvre largement au Nord vers le paysage de Vallon. Dans l’entre-deux ainsi créé, le projet développe un grand espace central mutualisé innervant l’ensemble des locaux, devenant ainsi un point de passage obligé. En légère déclivité, l’espace laissé libre au Nord permet d’y inscrire discrètement un parking paysager dans un pli du terrain, et de dégager une ample terrasse.

Haut de page