Architecture
Atelier Novembre
21 rue du Faubourg Saint-Antoine
75 011 Paris
T. +33 (0)1 44 73 02 20
F. +33 (0)1 44 73 02 50

Maître d'ouvrage

Saint-Germain-en-Laye / Conseil départemental des Yvelines

Maître d'œuvre

Atelier Novembre, A5A architectes

Bureaux d'études

Incet (Structure, Economie de la construction, VRD), Egis (Fluides, HQE, SSI, Cuisine), Cap Terre (Paysage et HQE)

Programme

Restructuration et extension de l’externat, construction d’une demi-pension avec parking, restructuration du bâtiment Agora, construction d’une école maternelle, réhabilitation de l’école élémentaire, construction d’un gymnase avec terrain de sport et stationnement, aménagement d’un parvis ; projet inscrit dans une démarche environnementale

Surface

Près de 25 000 m² SHON

Coût

41,5 M€ HT

Avancement

Concours conception-réalisation 2015

Entreprise générale mandataire du groupement : Spie batignolles SCGPM

Lycée international
Extension et restructuration
Saint-Germain-en-Laye (78)

La morphologie de ce remarquable campus paysagé présente une géographie complexe mais riche de potentialités. A flanc de coteaux et orienté plein sud, la grande particularité du site est son important dénivelé. Les différentes séquences du futur lycée se sont ainsi dessinées en s’appuyant sur les contraintes des lieux mais aussi du programme qui vise la restructuration d’une dizaine de bâtiments, avec notamment : une frontalité nouvelle face au parvis d’entrée ; une grande esplanade, lieu de carrefour et d’échanges ; les bâtiments d’enseignement réunis autour des jardins collectifs, et une pleine ouverture au sud. En réponse à l’esprit de décloisonnement promu par le lycée international, cette franche composition donne à lire à la fois l’unicité de l’établissement et la pluralité de ses composantes.
Les ambitions du projet conduisent à proposer une architecture ouverte, dont les transparences expriment le bouillonnement et la variété des enseignements qui vont animer ces lieux. Les multiples traversées du site deviennent des espaces de rencontres et d’échanges où se croisent agents, professeurs et élèves.
La création de volumes à l’échelle des élèves, où nature et lumière sont omniprésentes, génère une cohérence d’ensemble, que vient souligner une écriture architecturale sobre, entre tradition et modernité.
Préservant les gabarits existants, les interventions corrigent les proportions des « vides » et des « pleins ». Les volumes, ainsi harmonisés, sont scandés par des transparences et des « failles » qui accompagnent de nouvelles perspectives ou confortent les existantes. A dominante horizontale leur composition et leurs matériaux vont dialoguer avec le grand paysage proche. Leur luminosité et convivialité participent à l’ambiance de sérénité propre à cet établissement singulier.
Le parti architectural adopté contribue alors à la valorisation de l’enseignement qui doit proposer aujourd’hui des relations nouvelles sur le monde et autorise l’insertion, dans cet environnement très sensible, d’un équipement public structurant.

Haut de page