Architecture
Atelier Novembre
21 rue du Faubourg Saint-Antoine
75 011 Paris
T. +33 (0)1 44 73 02 20
F. +33 (0)1 44 73 02 50

Maître d'ouvrage

Région Île-de-France

Maître d'œuvre

Atelier Novembre, architecte mandataire

Bureaux d'études

Artelia (TCE - VRD - Economie - HQE), Agence Gautrand & associés (Paysage)

Programme

Classes d’enseignement général, ateliers d’enseignements divers (arts appliqués, électricité-fluides, génie civil, horticulture, etc.), CDI, amphithéâtre (200 places), locaux et bureaux d’encadrement et administratifs, locaux de maintenance, logements de fonction, espaces de stationnement et de stockage

Surface

27 000 m² SP

Coût

36,7 M€ HT

Avancement

Phase APD / livraison 2021

Lycée Adolphe Chérioux
Restructuration globale et extension
Vitry-sur-Seine (94)

Datant des années 1930, l’architecture et la qualité esthétique de cet ancien orphelinat témoignent de la générosité de l’époque. Le projet de restructuration – extension du Lycée Adolphe Chérioux devait alors proposer une mutation maîtrisée et contribuer à faire perdurer le caractère du site avec cohérence et sensibilité. Pour générer de nouveaux liens entre élèves, professeurs et agents du futur lycée, l’organisation et l’implantation de l’établissement sont repensées en lisibilité, fluidité et transparence. L’axe de médiation, distribution principale, est positionné dans l’axe de symétrie des bâtiments historiques et se prolonge à l’extérieur, jusqu’à la rue Julien Grimau. L’ensemble des activités de la vie scolaire converge vers cette traversée centrale, amplifiée et valorisée par les séquences des volumes existants. Perpendiculairement à cet axe, l’implantation des bâtiments s’organise pour constituer un anneau de distribution, l’Axe d’enseignement, qui répond aux exigences de fonctionnalités. Déterminante dès les premières approches de conception, la recherche de compacité maximale entraîne la création de nouvelles proximités qui facilitent les allées et venues des élèves, la dynamique des échanges et la valorisation des enseignements. Ce parti-pris se retrouve dans le traitement des espaces extérieurs, notamment horticoles, qui proposent une claire et franche partition entre les volumes construits et les jardins. Le projet se développe ainsi en privilégiant deux approches concomitantes : préserver la mémoire du site et proposer des constructions nouvelles, les ateliers, qui dialoguent avec les ouvrages existants dans une continuité spatiale et temporelle. Afin de préserver les bâtiments côté parc, cette extension est ainsi privilégiée côté rue, en respectant la symétrie originelle et en constituant une frontalité nouvelle.

Haut de page